Marie Hubert — contact@mesressourcesinterieures.fr — Prise de rendez-vous : 06 83 97 10 15

Accéder aux ressources innées et naturelles de votre corps
et retrouver votre plein potentiel

Approche tissulaire de l’ostéopathie

L’approche tissulaire de l’ostéopathie est le fruit des recherches de Pierre Tricot, Ostéopathe.
Cette thérapie manuelle permet à l’ensemble du corps de retrouver ses capacités d’adaptation et d’auto-guérison. Elle a pour objectif de libérer les principales zones de rétention empêchant le bon fonctionnent du système corporel. Les zones de rétention sont des blocages d’énergie dûs à des chocs ou événements trop intenses : ces chocs peuvent-être de nature physique (traumas, accidents, chutes, opérations…), de nature émotionnelle (stress intense, peur, colère, deuil…) ou de nature métabolique (pollution, substances toxiques, carences…).

Ainsi remis en mouvement, l’organisme peut à nouveau communiquer avec lui-même et avec son environnement. Les tissus vivants retrouvent ainsi leur vitalité et la sagesse du corps fait ensuite l’essentiel, à savoir : rétablir l’équilibre et la santé

Comprendre le symptôme : Le patient consulte toujours pour un symptôme (physique émotionnel ou mental) qu’il souhaite voir disparaître.

En approche tissulaire nous considérons que le symptôme est au service de la vie et du vivant : C’est un mécanisme d’adaptation que le corps à mis en place pour nous permettre de continuer à fonctionner, tant bien que mal, malgré les aléas de la vie. C’est un système de protection. Mais si nous parvenons à libérer la cause profonde de ce déséquilibre, parfois très ancienne, alors le symptôme disparaît de lui-même. Ce que le corps est capable de créer (symptôme) il est capable de le dé-créer (homéostasie / retour à la santé). Ainsi, avec cette approche nous nous focalisons sur le rétablissement de la santé et le bon fonctionnement de l’organisme, plutôt que sur la maladie et le symptôme

Un peu à l’image d’un chercheur qui se focalise sur la solution plutôt que sur le problème, nous savons que lorsque la santé est là, la maladie n’a plus lieu d’être. 


A QUI S’ADRESSE L’APPROCHE
TISSULAIRE ?

Elle s’adresse à tous,
du nourrisson à la personne âgée.
 

Les champs principaux d’application :

Les douleurs ostéo-articulaires et musculaires : maux de dos, lumbagos, torticolis, entorses, tendinites, douleurs post-opératoires…

Les troubles fonctionnels : dysfonctionnements digestifs, respiratoires, gynécologiques, ORL, problèmes de sommeil, certaines migraines, nausées, vertiges…

Les troubles du comportement d’origine émotionnelle : stress, angoisses, épuisement, déprime, difficultés de concentration…

Les pathologies de terrain : ostéoporose, arthrite, déséquilibres hormonaux, fragilités immunitaire… et accompagnement de confort de certaines maladies lourdes…

Accompagnement de la femme enceinte, des jeunes parents et de leur bébé : Équilibre et préparation du bassin pour l’accouchement, troubles liés à une grossesse et un accouchement difficiles, équilibre postpartum du bassin de la maman et du crâne du bébé, troubles du sommeil et digestifs du bébé, difficultés d’allaitement…

*Cette liste est donné à titre d’exemple et n’est pas exhaustive


J’ai été formée par Emmanuel Escalle, collaborateur de P. Tricot pendant 15 ans et formateur en approche tissulaire de l’ostéopathie.

En savoir plus : www.approche-tissulaire.net 


DÉROULÉ
D’UNE SÉANCE

Une séance dure environ 1h/1h15

La séance commence par un échange sur les raisons qui vous amènent à consulter :
votre problème, vos antécédents, votre terrain.

Je me mets à l’écoute de votre corps et en perçois les mouvements subtils ainsi que leurs perturbations. Je déroule un protocole en fonction de votre demande, afin de libérer les zones de rétentions, qui ont généré le symptôme et qui empêchent le bon fonctionnent de votre corps.

Le nombre de séances varie en fonction de chacun, de l’âge, du motif de la consultation, de l’ancienneté ou de la chronicité de la douleur. Il est souvent nécessaire de prévoir plusieurs séances à environ un mois d’intervalle pour faire un travail en profondeur.

PETIT RAPPEL

Le praticien permet juste à votre organisme de trouver les ressources nécessaires pour recréer un équilibre. Aucun praticien n’a jamais guéri aucun patient. Cette affirmation peut sembler bien étrange mais il est essentiel de garder cela à l’esprit, car même si le praticien peut sembler être un élément déterminant sur le chemin de la guérison, c’est le patient qui se guérit et lui seul peut le faire : Votre corps possède sa propre capacité d’auto-guérison.

Je ne pratique aucune manipulation ni mobilisation structurelle des articulations. Ces pratiques sont exclusivement réservées aux médecins, chiropracteurs ou ostéopathes formés dans des écoles agréées. La séance ne s’apparente pas non plus à un massage, pratique réservée aux kinésithérapeutes.

L’approche tissulaire de l’ostéopathie ne se substitue pas à une consultation chez votre médecin
ne propose ni diagnostic ni prescription

LE TRAVAIL DE PIERRE TRICOT

Fondateur de l’approche tissulaire de l’ostépathie. Le parcours de Pierre Tricot l’a amené à réaliser un travail de recherche et de traduction remarquable des textes fondateurs de l’origine de l’ostéopathie. Son intuition l’a ensuite poussé à développer « l’idée folle » que les tissus vivants sont conscients, et que s’ils sont conscients nous pouvons établir une communication avec eux par la palpation tissulaire profonde. Concevoir le système corporel comme conscient pousse le praticien à modifier complètement sa manière de l’aborder : d’objet sur lequel agir, il devient sujet avec lequel communiquer.

Voici quelques citations permettant de mieux comprendre l’essence même de son travail :

« A l’intention la vie répond, à la force elle se soumet » P. Tricot

« Je suis présent au patient, mon attention est placée sur la structure que je désire libérer et l’intention est justement qu’elle se libère de tout blocage. » P. Tricot

« Chaque fois que la vie rencontre une difficulté, elle a spontanément tendance à l’éviter. L’évitement le plus fréquent est l’attaque ou la fuite. Si l’évitement n’est pas possible, la structure vivante tente de s’isoler. Pour cela, elle réduit ses échanges, sa communication avec l’extérieur, en retenant de l’énergie. Ce faisant, elle se rétracte et se densifie. Lorsque l’événement qui a provoqué cette tentative d’isolement est suffisamment fort ou s’il se répète de manière chronique, la structure vivante finit par adopter un mode de fonctionnement en rétractation. Ainsi, apparaît-elle à notre palpation comme plus dense, plus tendue, moins mobile. Notre objectif, alors, est de la remettre en mouvement. Mais compte tenu de ce qui vient d’être dit, le mouvement de la structure ne réapparaîtra que si la communication avec l’extérieur s’est améliorée.»  P. Tricot

Il a consacré de nombreuses années à modéliser son approche pour pouvoir la reproduire et la transmettre. Il a ainsi mis en place des paramètres de palpations ainsi qu’un modus operandi, fil conducteur du praticien, permettant d’établir une communication avec les tissus corporels.

Liens/en savoir plus : Emmanuel Escalle, collaborateur de Pierre Tricot pendant 15 ans et formateur en approche tissulaire de l’ostéopathie : www.approche-tissulaire.net

Site officiel de Pierre Tricot : www.approche-tissulaire.fr

ORIGINE DE L’OSTÉOPATHIE

Le fondateur, Andrew-Taylor Still (1828-1917) était un médecin américain, fils de pasteur. Marqué par son impuissance à soulager ses semblables et par la perte de trois de ses enfants, il se plonge dans l’étude intensive du corps humain avec l’obsession de soigner plus efficacement. Après 30 ans de recherche et d’élaboration d’une approche respectant les lois de la nature et de la vie, il créa le premier collège d’ostéopathie en 1892 à Kirksville dans le Missouri.
« Trouver la santé devrait être l’objectif du docteur. N’importe qui peut trouver la maladie» A.T. Still

William G. Sutherland (1873-1954), un des élèves de A.T. Still, fera considérablement avancer les techniques ostéopathiques et développera ce que nous appelons l’ostéopathie crânienne. Il passera plus de 20 ans à démontrer l’existence des mouvements crâniens et du MRP (mouvement respiratoire primaire). Le MRP, inhérent à la vie, est constitué de micro-mouvements rythmiques et ondulatoires qui animent toute structure, os, organes ou tissus. C’est le fondement de l’ostéopathie crânienne et des techniques dites fluidiques.

« Permettre à la fonction vitale interne de manifester sa puissance infaillible, plutôt que d’appliquer une force aveugle venue de l’extérieur. » (W.G. Sutherland, La coupe crânienne.)

Nombreux autres grands ostéopathes ont considérablement contribué à faire avancer la connaissance et la reconnaissance de l’ostéopathie jusqu’à nous, J.M. Littlejohn, R. Becker, V. Frymann pour ne citer qu’eux.
Aujourd’hui nombreux collèges d’ostéopathie se sont éloignés de l’origine et de la philosophie même de son fondateur, en adhérant aux décrets réglementant la profession et aux limitations de l’exercice professionnel imposées par les institutions.
Il semble toutefois essentiel de garder à l’esprit que A.T. Still, représente notre source commune. Sa philosophie est notre point commun essentiel, celui sur lequel tous les ostéopathes, malgré leurs différentes formations, personnalités et pratiques, peuvent trouver de véritables points d’accord.
L’approche tissulaire de l’ostéopathie prend sa source et se fonde sur la philosophie de A.T. Still et de W.G. Sutherland. Elle redonne sa grandeur à cette noble discipline en mettant en lumière la pensée visionnaire et le génie des deux hommes.

Conception et création par BeGoodies | Hébergé par Pharéo.